Actualité

    Loïc Fauchon lors de la Cairo Water Week, au palais présidentiel, reçu par Abdel Fattah al-Sissi, Président de la République arabe d’Egypte, et autres dignitaires, Le Caire, lundi 21 octobre 2019

    Le Conseil annonce la mise en place d’un Observatoire International des Ressources en Eau et en Energie Non Conventionnelles

    Au Caire, Loic Fauchon et Le Conseil Mondial de l’Eau, réaffirment publiquement leur disponibilité en matière d’hydrodiplomatie, et annoncent la mise en place d’un Observatoire International des Ressources en Eau et en Energie Non Conventionnelles.

    Le Président du Conseil Mondial de l’Eau Loïc Fauchon a mis en avant l’hydro-diplomatie, "[...] animée par la Famille de l’Eau, elle permet souvent de dénouer des disputes avant que celles-ci ne prennent l’aspect d’un conflit entre Etats", et a affirmé "la disponibilité entière du Conseil Mondial de l’Eau pour apporter sa contribution [...] au dialogue renouvelé entre les communautés riveraines du Nil..."

    Le Conseil Mondial de l’Eau souhaite mettre en œuvre « le dialogue, encore le dialogue, toujours le dialogue » pour apporter sa contribution aux Etats riverains dans les discussions qui déterminent le partage le plus juste et le plus équitable des ressources communes, au moment où les tensions sont exacerbées par la mise en eau du Grand Barrage Renaissance dans la partie éthiopienne du Nil.

    La veille, Loic Fauchon a annoncé lors de la cérémonie d'ouverture de la Cairo Water Week en présence du Premier Ministre Mostafa Madbouli, et du Ministre de l’Eau et de l’Irrigation, Mohamed Abdelaty Khalil, que le Conseil est disposé à mettre en place un Observatoire International des Ressources en Eau et en Energie Non Conventionnelles.

    Il a en effet souligné que les ressources alternatives et non conventionnelles, telles que le dessalement de l’eau de mer et des nappes phréatiques saumâtres, ainsi que la réutilisation des eaux usées sont des solutions efficientes et renouvelables, et que la réponse à la pression démographique va devoir généraliser.

    Lire le discours dans son intégralité

     

    Lors de cette semaine de l’eau égyptienne, le Conseil renoue avec ses origines mêmes : " [...] c'est ici, au bord du Nil et sur les rives de la Méditerranée que le Conseil Mondial de l’Eau est né, il y a 25 ans...", a souligné Loic Fauchon

     

    En marge de la Cairo Water Week, le Conseil mondial de l'eau s’est mobilisé : Ainsi, les membres africains ont organisé une réunion spécifique  pour présenter le 9ème Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra à Dakar en 2021.

    Dimanche 20 octobre, Le Président Fauchon a réuni les membres Egyptiens du Conseil Mondial de l’Eau pour un atelier très fructueux qui a rassemblé plus d’une trentaine d’organisations membres. De plus, Loïc Fauchon a poursuivi ses rencontres ministérielles bilatérales pour renforcer l’action politique du Conseil Mondial de l'Eau.

     

    Le Président du Conseil Mondial de l’Eau, Loic Fauchon, et le Ministre égyptien des Ressources en Eau et de l’Assainissement, Mohamed Abdelaty, lors de la réunion du Board des Gouverneurs du Conseil, 22 octobre 2019

     

    Ouverture de la Cairo Water Week, dimanche 20 octobre 2019, en présence du Premier Ministre d’Egypte, Mostafa Madbouli, et du Ministre de l’Eau et de l’Irrigation, Mohamed Abdelaty

     

     

     

     

     

     

     

    Présentation du 9ème Forum mondial de l’eau à l’occasion de la Cairo Water Week, lundi 21 octobre 2019 

          

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mazen Ghoneim, Directeur de l'Autorité palestinienne de l'Eau est intervenu lors du Board des Gouverneurs, mardi 22 octobre 2019, pour présenter la candidature de son pays au Conseil Mondial de l’Eau.  

     

     

     

     

     

     

    Simon Kiprono Chelugui, Ministre kényan de l’eau, l’assainissement et l’irrigation a annoncé au Board des Gouverneurs, mardi 22 octobre 2019, l’organisation de la prochaine conférence régionale « On the Road to Dakar » du 27 au 30 avril 2020 à Nairobi. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Réunion de membres Egyptiens du Conseil Mondial de l’Eau, le Caire, dimanche 20 octobre 2019    

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger le communiqué de presse

    Voir toute la galerie 

     

    Cairo Water Week, le Conseil se fait lanceur d’alerte, porteur de solutions et initiateur de médiation

    Le Conseil annonce la mise en place d’un Observatoire International des Ressources en Eau et en Energie Non Conventionnelles Au Cai...
    Discours de M. Loïc Fauchon, lors de l'ouverture du Sommet International de Marrakech sur la Sécurité hydrique, Mardi 1 Octobre 

    Mardi 1er octobre 2019 à Marrakech, lors de l'ouverture du « Sommet International de Marrakech sur la sécurité hydrique », Loïc Fauchon, Président du Conseil mondial de l'eau indique : "L’eau [...] est souvent en souffrance, en maltraitance [...] Pourquoi ? Tous ici vous le savez !" 
     
    Face à 300 participants, venus de 65 pays, il explique : "Parce que la démographie est galopante, avec une population qui chaque jour un peu plus, se concentre dans les villes et surtout les mégacités, avec son cortège de pauvreté et ses pollutions effrayantes..." 
     
    Puis, il appelle à plus de dignité et de confiance : "Le droit à l’eau c’est la première brique, et sans doute le plus fort lien avec la « water security », pour atteindre la sécurisation de l’accès à l’eau pour tous."

    Lire le discours dans son intégralité

     

    Loïc Fauchon répond aux questions de Mme Aziza Akhmouch, Responsable du Programme de l'OCDE sur la Gouvernance de l'eau, lors de la Session ministérielle de Haut niveau sur la sécurité hydrique. 

     

    Mme Aziza Akhmouch :  Quels sont selon vous les aménagements prioritaires pour lutter contre les sécheresses et inondations, et assurer la sécurité hydrique des populations ?

    Loïc Fauchon : Il est important que les bailleurs de toutes sortes prennent conscience de l’importance de la maintenance et qu’on introduise dans le financement des éléments qui s’inscrivent dans la durée. Ça c’est pour l’ordinaire. 
     
    L’extraordinaire concerne les situations de crise, les désastres liés à l’eau. Il existe un Panel, créé par le Secrétaire Général des Nations-unies, dont je fais partie. Nous sommes une dizaine de personnes à faire des recommandations sur les « Water-related disasters ». On peut compter trois situations : la prévention, l’évaluation et le traitement. 
     
    Nous avons beaucoup avancé ces dernières années sur la prévention. Je souhaiterai citer un exemple qui a eu lieu à proximité. Il y a une vingtaine d’années, la vallée de l’Ourika a connu un terrible désastre puisque plus d’une centaine d’enfants et de jeunes ont été emportés par une crue de l’Ourika. Il n’y avait alors pas de système de prévention. Aujourd’hui, on peut observer sur les lieux l’installation des premiers haut-parleurs d’alerte. Que cela soit dans le cas d’un excès d’eau ou une absence d’eau, il faut pousser à la fois les organisations, les bailleurs ainsi que les Etats à mettre en place ces systèmes de prévention, sujet relativement avancé en Asie mais encore peu présent en Afrique.
     
    L’évaluation et le traitement sont des questions de coordination. C’est un sujet extrêmement important. En effet, en temps de catastrophes et plus particulièrement lors d’excès d’eau, des centaines de Task Forces se dépêchent sur les lieux sans contrôle, sans évaluation et sans coordination. Le Panel des experts, sous l’égide des Nations unies et de UN Water, s’efforce de faire des recommandations sur ce sujet également, de sorte qu’en temps de crise les échelons régionaux et nationaux, ainsi que les ONG, répondent à des règles précises. 

    Mme Aziza Akhmouch : Au-delà des infrastructures, quelles technologies modernes sont nécessaires pour accélérer le processus de sécurisation de l’eau ?

    Loïc Fauchon : Avec le mot technologie, les ingénieurs ont tendances à systématiquement vouloir proposer des solutions techniques limitées. Or, aujourd’hui, pour accélérer le processus de sécurisation de l’eau, nous avons besoin des trois piliers de la maison de l’eau. 
     
    (1)    La connaissance partagée et non plus transférée. Aujourd’hui on gagne autant à apprendre du sud qu’à dispenser depuis le nord. 
    (2)    Une gouvernance sur laquelle nous avons fait beaucoup de progrès. Nous pourrions résumer cela en une phrase : « rapprocher le sujet de l’eau du citoyen, faire descendre la responsabilité (déconcentrée en premier lieu, décentralisée ensuite) pour que l’on puisse donner aux autorités locales des capacités à lever elles-mêmes l’impôt ou la taxe pour financer l’eau ». 
    (3)    Puis enfin le financement. 
     
    Nous avons encore énormément de progrès à faire sur le financement de l’eau. D’immenses progrès parce que nous avons tendance à penser qu’on manque d’argent pour l’eau. L’ensemble des banques démontrent actuellement qu’elles ont énormément de liquidités et de capacités pour financer l’eau. 
     
    Il y a tant et tant de régions, de pays, de communautés, d’hommes et de femmes, qui n’ont pas la capacité à préparer les projets. C’est donc eux que nous voulons aider de ce point de vue.  

     

    En marge du Sommet, Loïc Fauchon a également rencontré plusieurs personnalités politiques afin d’étudier des pistes de collaboration au service de la Sécurité hydrique.  

    Mme Adriana Petcu, Secrétaire d’état roumaine, Mardi 1er Octobre 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    M. Papa Koly Kourouma, Ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement Guinéen, Mercredi 2 Octobre 

          

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    M. Joseph Mizzi, Ministre maltais de l'énergie et de la gestion de l'eau, Mardi 1er Octobre    

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dr. An Pich Hatda, Directeur général de la Mekong River Commission (MRC), Mercredi 2 Octobre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    M. Simon Chelugui, Ministre kenyan de l’eau et de l’assainissement, Mercredi 2 Octobre

     

    Sommet International de Marrakech sur la Sécurité Hydrique, le Conseil appelle à redonner dignité et confiance

    Mardi 1er octobre 2019 à Marrakech, lors de l'ouverture du « Sommet International de Marrakech sur la sécurité hydrique », Loïc Fau...