Approvisionnement en eau et assainissement

Approvisionnement en eau et assainissement

"Dans les communautés rurales, nos principaux problèmes sont les suivants : couvrir de longues distances à pied, 2 à 3 kilomètres par jour, pour avoir accès à un réseau public d’approvisionnement en eau ; porter sur nos têtes de lourds jerricanes de 20 à 25 litres d’eau à chaque voyage ; faire la queue pendant des heures au point d’approvisionnement ; et si l’eau est contaminée à cet endroit, c’est tout le village qui est menacéFemme adulte sud-africaine, Projet "voix d’eau", 2003 

Une situation menaçante à laquelle il faut faire face

1,1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’approvisionnement en eau potable. 2,6 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base. 1,8 milliards de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques, parmi lesquelles on compte 90% d’enfants âgés de moins de 5 ans. Cette situation n’est plus tolérable.

Pour faire face à cette crise, plusieurs objectifs ont été fixés par les Nations unies dans le cadre des Objectifs de développement du Millénaire visant à réduire la pauvreté et assurer le développement durable. La Cible 10 de l’ODM 7 consiste à "réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de personnes n'ayant pas durablement accès à l'eau salubre et à des installations sanitaires de base." Cet objectif a été établi en 1990. Pour atteindre cet objectif lié à l’eau et l’assainissement, 260 000 personnes supplémentaires devront avoir accès à un meilleur approvisionnement en eau potable et 370 000 personnes supplémentaires devront pouvoir accéder à des services d’assainissement adéquats chaque jour jusqu’en 2015 (OMS 2004, Données chiffrées).

Quels sont les avantages liés à un approvisionnement en eau potable et à des services d’assainissement adéquats?

Que faut-il espérer de la réalisation de la Cible 10 de l’ODM 7 ? Dans le contexte des défis liés au développement, la communauté internationale s’est fixée comme priorité d’améliorer l’approvisionnement en eau et l’assainissement afin de veiller au respect des valeurs humaines fondamentales, d’atténuer les souffrances des populations et de bénéficier d’avantages économiques importants.

Respecter les valeurs humaines

  • L’amélioration de l’accès à l’approvisionnement en eau et aux services sanitaires constitue un impératif moral et éthique ancré dans les traditions culturelles et religieuses des communautés à travers la planète. Dignité, équité, compassion et solidarité sont des valeurs mondialement partagées. L’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires de base contribuerait largement à la satisfaction des besoins fondamentaux des populations les plus défavorisées. Chacun s’accorde à reconnaître que le Droit à l’eau, récemment institué par les Nations unies (Observation générale n°15, 2002), est "indispensable pour mener une vie digne" et qu’il est une "condition préalable à la réalisation des autres droits de l’homme."

Atténuer les souffrances des populations.

  • L’eau salubre et l’assainissement de base contribuent à préserver l’état de santé des individus, en particulier chez les enfants. Dans les pays en voie de développement, les maladies transmises par l’eau constituent la première cause de maladie et de décès parmi les populations démunies. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 1,6 million d’enfants meurent chaque année en raison de l’insalubrité de l’eau, l’absence de services d’assainissement de base et le manque d’hygiène. Le Programme de surveillance commun OMS-UNICEF pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement estime que l’on pourrait épargner la vie de 470 000 personnes supplémentaires chaque année si l’on parvenait à atteindre la Cible 10 de l’Objectif 7 du Millénaire.

Bénéficier d’une multitude d’avantages économiques

  • Une analyse réalisée par l’OMS souligne les avantages économiques liés à la réalisation de l’objectif de développement du Millénaire concernant l’eau et l’assainissement : l’avantage économique s’établirait entre 3 et 34 dollars par dollar investi, selon la région.
  • Tous ceux qui ont accès à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement plus propres et plus sains seraient moins souvent malades. On estime que les investissements susmentionnés permettraient de réduire de 10% en moyenne l’incidence mondiale des maladies diarrhéiques. On parviendrait à économiser 7,3 milliards de dollars par an sur les coûts liés à la santé et presque 750 millions de dollars sur les jours de travail chômés en raison d’un congé maladie.
  • L’accessibilité des moyens d’approvisionnement et d’assainissement suite au changement de lieu d’implantation d’un puits permettant d’apporter de l’eau salubre en quantité suffisante au niveau communautaire, l’approvisionnement en eau courante à l’intérieur des habitations et l’installation de latrines à proximité des habitations, permettent des économies de temps significatives.
  • Lorsqu’elles ont accès à des installations sanitaires adéquates à proximité de leurs habitations, les jeunes filles ne sont plus privées de leur droit à l’éducation et les femmes sont beaucoup plus productives. Elles préservent ainsi leur intimité et ne passent plus une partie importante de leur journée à aller chercher de l’eau.
  • La disponibilité de l’eau peut contribuer à la création ou le développement de petites entreprises, et par conséquent améliorer le revenu disponible qui peut être utilisé pour la consommation.
  • Au niveau national, on constate une augmentation de la demande de produits agricoles, et des activités liées au tourisme peuvent être mises en place.

Les avantages économiques liés à l’amélioration des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement varient selon les régions. En effet, si une région est fortement affectée par les maladies et manque cruellement d’installations sanitaires de base, les avantages dont elle pourra bénéficier seront d’autant plus significatifs.

Améliorer la qualité de la vie de tous

  • De 0 et 4 ans, le taux cruel de mortalité infantile pourrait être réduit.
  • Le nombre d’enfants scolarisés âgés entre 5 et 14 ans, en particulier les filles, pourrait être beaucoup plus élevé s’ils bénéficiaient d’un accès à l’eau potable en quantité suffisante et d’installations sanitaires adéquates. Ils échapperaient ainsi à la terrible pauvreté de leurs familles.
  • Les personnes de 15 à 59 ans seraient beaucoup plus productives si elles pouvaient accéder à des équipements d’eau et d’assainissement salubres et adaptés.
  • L’espérance de vie des personnes âgées de plus de 60 ans serait rallongée.

Atteindre l’objectif 7

La fourniture d’eau potable et de services d’assainissement à plusieurs millions de femmes, d’hommes et d’enfants démunis au sein des pays en voie de développement dans les 10 années à venir demeure l’un des enjeux auxquels la communauté internationale doit faire face pour atteindre le 7ème objectif de développement du Millénaire et ne pas manquer le rendez-vous de 2015. L’évolution des comportements et des attitudes, particulièrement en ce qui concerne l’hygiène, constitue une condition préalable à cet effet.

Les types d’interventions nécessaires à la réalisation de ces ODM varient selon les régions, les pays et même au niveau infranational. Le contexte influence fortement la nature des actions entreprises dans le domaine de la gestion des ressources en eau pour atteindre ces objectifs. Avant de mettre en place un type particulier d’intervention, il faudra évaluer si les ressources en eau sont disponibles en quantité suffisante pour parvenir à la réalisation des objectifs du Millénaire en matière de santé, de pauvreté, de genre et d’environnement durable.

Le Groupe de Travail des Nations Unies chargé du Projet du Début du Millénaire sur l'Eau et l'Assainissement a identifié 10 recommandations visant à mettre un terme à la crise mondiale de l’eau et de l’assainissement:

  • Les gouvernements et autres parties prenantes doivent s’engager à donner la priorité à la crise de l’assainissement.
  • Les Etats doivent s’assurer que les institutions intégrant les politiques appliquées à l’eau et à l’assainissement, ainsi qu’à la gestion des ressources en eau et au développement, tiennent compte du rôle, des besoins et des priorités des femmes et des hommes.
  • Les gouvernements et les organismes donateurs doivent permettre aux investissements et aux réformes d’avancer en tandem.
  • Les investissements consacrés à l’eau et l’assainissement doivent mettre l’accent sur la fourniture durable des services, plutôt que sur la seule construction d’équipements.
  • Les gouvernements et les organismes donateurs doivent donner aux autorités locales et aux communautés les pouvoirs voulus, les ressources et le potentiel professionnel nécessaires pour gérer les services des eaux et de l’assainissement.
  • La tarification des services fournis doit prévoir une facturation de l’eau et des services d’assainissement pour ceux qui peuvent payer, mais il faut couvrir les coûts des ménages pauvres qui ne le peuvent pas.
  • Dans le contexte des stratégies nationales de réduction de la pauvreté basées sur les objectifs de développement du Millénaire, les pays doivent formuler des plans cohérents de mise en valeur et de gestion des ressources en eau, qui contribueront à la réalisation des objectifs.
  • Les gouvernements et leur société civile, ainsi que l’ensemble des partenaires du secteur privé, devront appuyer la mise en place d’un éventail de technologies et de niveaux de services liés à l’eau et l’assainissement adaptés sur le plan technique, social, financier et de l’environnement.
  • L’innovation institutionnelle, financière et technologique doit être encouragée dans les zones stratégiques.
  • Les organisations du système des Nations unies et leurs Etats membres devront s’assurer que des mécanismes de coordination sont mis en place pour améliorer l’approvisionnement en eau et les installations sanitaires, sans oublier l’aménagement et la gestion des ressources en eau.

Faits et chiffres

1,1 milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau potable.

2,6 milliards de personnes ne disposent pas d'installations sanitaires correctes (2002, OMS-UNICEF JMP 2004).

OMD7, cible 10, 2002: "D'ici 2015, réduire de moitié le pourcentage de personnes n'ayant pas accès à l'eau potable et aux installations sanitaires basiques"

Année de référence: 1990

3900 enfants meurent chaque jour à cause de l'eau sale ou de mauvaises conditions d'hygiène. (OMS 2004)

[Translate to French:] Focus on

Objectifs de développement du millénaire