Actualité

    Dakar, Sénégal, 4-8 Décembre 2012 – Le Conseil mondial de l’eau s'est rendu à la 6ème Edition du Sommet Africités pour promouvoir le Pacte d’Istanbul pour l’Eau et plaider pour un meilleur accès à l’eau et l’assainissement à l’échelle locale. Le Conseil mondial de l’eau a tenu une réunion en présence de plusieurs signataires africains du Pacte d’Istanbul pour l’eau, dont, Mr Simon Compaoré, Maire de Oaugadougou (Burkina-Faso), Mr Mohamed Sefiani, Maire de Chefchaouen (Maroc), et du Dr. Mohamed Idaomar, Maire de Tétouan (Maroc), afin d’apprécier les progrès réalisés et les difficultés rencontrées par les collectivités territoriales en matière d’accès à l’eau et l’assainissement. Des recommandations ont été faites pour améliorer les relations avec les autorités déconcentrées, et pour l’accès à des financements et des technologies à bas coût. En qualité de membre du Conseil mondial de l’eau, la Fondaton 2iE, basée à Ouagadougou au Burkina Faso, a participé à cette réunion et présenté des solutions mises en place pour répondre à des besoins locaux en matière d’accès à l’eau et l’assainissement. Cet effort de mobilisation s’est poursuivi par une présentation du Pacte d’Istanbul pour l’eau lors d’une session sur la coopération décentralisée organisée par la délégation de Côte d’Ivoire où plus de 70 maires ivoiriens étaient présents. Des participants tels que Michel Destot, Maire de Grenoble, Mme Nicole Feidt, Vice-présidente de l’Association des maires de France, et Mr. Charles Josselin, ancien Ministre français de la coopération, ont tous manifesté la nécessité d’appuyer les autorités locales africaines pour améliorer la fourniture des services essentiels. Le Conseil mondial de l’eau reste mobilisé pour appuyer les autorités locales en Afrique pour un meilleur accès à l’eau et l’assainissement, et ce plus particulièrement sur un continent où les récentes lois de décentralisation attribuent des compétences aux autorités locales avec des moyens financiers limités. Le Sommet Africités, évènement unique, est considéré comme la plus grande manifestation sur les autorités locales africaines, et avait pour thème « Construire l’Afrique à partir de ses territoires ». Plus de 5.000 personnes étaient présentes, dont 2.500 élus locaux africains et 500 venus d’autres continents.

    L’accès à l’eau et l’assainissement : une priorité pour les autorités locales africaines

    Dakar, Sénégal, 4-8 Décembre 2012 – Le Conseil mondial de l’eau s'est rendu à la 6ème Edition du Sommet Africités pour promouvoir l...

    Doha, au Qatar, 4 Décembre 2012 - « Nous devons avoir un objectif de développement durable pour les stratégies de gestion des ressources en eau adaptables au climat », a déclaré aujourd'hui le président du Conseil mondial de l'eau Benedito Braga. C'est au cours de la manifestation parallèle de haut niveau - Solutions durables pour la sécurité alimentaire de l'action climatique dans les terres arides sous un climat en évolution - à la CoP-18 que le Président a prononcé un discours face à un auditoire de personnalités distinguées, y compris le Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, le Président de la CoP-18, IL M. Abdullah Bin Hamad Al-Attiyah, le Président du Programme National de sécurité alimentaire du Qatar, HE M. Fahad Bin Mohammed Al-Attiya, et le Secrétaire exécutif de la CCNUCC, Mme Christiana Figueres. Lors de l'événement, le président a évoqué la proposition de Braga du CME pour la création d'un pacte pour la sécurité de l'eau. En raison de la variabilité et du changement climatiques, la mise en œuvre de ce pacte, lancé au Siège de l'ONU à New York le mois dernier, il faudra examiner de plus d'infrastructures hydrauliques résistants et systèmes plus efficaces de gestion de l'eau. Cela nécessitera la gestion adaptative de l'eau, y compris les outils de gestion à la fois sur l'offre et la demande. Par exemple, la plate-forme de solutions présentées lors du Forum Mondial de l'Eau Marseille 6ème, propose une gamme de solutions liées à l'adaptation de la gestion de l'eau pour la sécurité alimentaire, y compris le cas des terres arides. Il a dit que le Conseil collaborera avec les gouvernements et les organisations intéressées en vue de leur mise en œuvre. Donner son allocution de clôture, le Président Braga a recommandé que les négociateurs sur le climat "tourner leur attention vers les problèmes d'eau, non seulement pour la raison que l'eau relie le changement climatique à tous les cycles naturels et sociaux, mais aussi pour la simple raison d'apporter un nouvel élan au courant négociations sur le climat. [...] Les gens ne se soucient pas des arguments juridiques abstraites préconisées dans sophistiqués discussions intergouvernementales, mais ils ne se soucient beaucoup de la sécurité de l'eau de leur famille », at-il dit. Président Braga par la suite participé à une table ronde avec Mme Kyte de la Banque mondiale, M. Steiner du PNUE, M. Jarraud de l'OMM, Mme Izabella Teixeira, ministre de l'Environnement, du Brésil, Mme Molewa, ministre de l'Eau et de l'environnement, de la République d'Afrique du Sud et M. Keke, ministre des Affaires étrangères de la République de Nauru. Les participants ont partagé leurs expériences, ont souligné les bonnes pratiques et identifié des besoins supplémentaires pour la mise en œuvre de l'action climatique dans le cadre du développement durable.

    L'eau dans les discussions de haut niveau au CoP-18

    Doha, au Qatar, 4 Décembre 2012 - « Nous devons avoir un objectif de développement durable pour les stratégies de gestion des resso...

    évènements

    Tous les évènements

    Actualités

    toutes les actualités